Ciné – Opéra

Dimanche 28 novembre 2021 à 17h
“LA FLÛTE ENCHANTÉE”
stival de Salzbourg
2h25
En langue Allemande sous-titré en Français
.
Opéra : Wolfgang Amadeus Mozart
Direction musicale : Constantinos Carydis
Mise en scène : Lydia Steier

Orchestre Philharmonique de Vienne
Chœurs de l’Opéra d’État de Vienne

Créé en 1920 dans la ville natale de Mozart, le Festival de Salzbourg en Autriche est l’un des plus grands festivals d’art lyrique du monde. La jeune metteure en scène américaine Lydia Steier y fait ses débuts en proposant une relecture du chef-d’œuvre intemporel de Mozart. Elle créé un nouveau personnage, celui du narrateur qui raconte l’histoire de l’opéra comme un grand-père lit un conte de fée à ses petit-enfants. Ce parti pris de la mise en scène combiné aux gigantesques décors mobiles qui occupent toute la scène apporte un nouveau regard sur l’opéra magique de Mozart, avec ses différents mondes, qui est ici transposé dans la bourgeoisie viennoise du début du XXe siècle.

Dimanche 30 janvier 2022 à 17h
“LA CHAUVE-SOURIS”

Opéra enregistré au Wiener Staatsoper (Vienne)
2h47

En langue Allemande sous-titré en Français

.
Opéra : Johann Strauss
Direction musicale : Franz Welser-Möst
Mise en scène : Otto Schenk

Orchestre et Choeur de l’Opéra de Vienne
Ballet de l’Opéra de Vienne

.

La plus célèbre des opérettes filmée lors du réveillon du nouvel an. Inspirée de la savoureuse pièce Le Réveillon, l’esprit pétillant de Strauss est au sommet dans cette légendaire production d’Otto Schenk créée en 1972 qui revoit le jour chaque fin d’année à l’Opéra de Vienne.

Dimanche 27 février 2022 à 17h
“MIREILLE”
Opéra enregistré au Palais Garnier
2h38
En langue Française sous-titré en Français
.
Opéra : Charles Gounod
Direction musicale : Marc Minkowski
Mise en scène : Nicolas Joel

Orchestre et Chœur de l’Opéra de Paris

.

L’Opéra national de Paris proposait en ouverture de la saison 2009/2010 l’opéra de Gounod pour la première fois. L’un des ouvrages les plus originaux du XIXème siècle trouvait alors sa place légitime au Palais Garnier.

Dimanche 27 mars 2022 à 17h
“LE BARBIER DE SÉVILLE”

Opéra enregistré à l’Opéra Bastille
2h56
En langue Italienne sous-titré en Français
.
Opéra : Gioachino Rossini
Direction musicale : Carlo Montanaro
Mise en scène : Damiano Michieletto

Orchestre et Chœur de l’Opéra national de Paris

.

Sans doute l’opéra bouffe le plus célèbre de l’histoire de la musique et une éternelle source de délices. Rossini le composa en quelques semaines, empruntant ouverture ou airs à ses propres ouvrages, sérieux comme comiques. Mais tous les remarquables ensembles sont originaux. Dans le finale du premier acte, Rossini mêle tous les styles et enchaîne avec une virtuosité stupéfiante duo, trio, quintette et sextuor. Le Barbier de Séville fut aussi l’un des premiers triomphes européens de l’opéra : la première, le 20 février 1816 à Rome, fut un fiasco retentissant où tous les ennemis de Rossini étaient réunis. Mais sa revanche fut rapide : le 22 février, « Le Barbier » était applaudi à tout rompre. Et certes, comment aurait-il pu ne pas rencontrer cette première résistance, lui qui opposait le monde ancien (Bartolo et son autoritarisme) au monde moderne, l’opéra ancien à l’opéra moderne ? Avec son incroyable verve et sa gaieté juvénile, c’est lui qui fit la fulgurante renommée internationale de Rossini. Manuel Garcia, le créateur de Figaro, le fit représenter au Théâtre-Italien à Paris en 1819. Ce fut la même gloire à Vienne en 1822, où « Le Barbier » fit tomber l’Euryanthe de Weber et le Fierrabras de Schubert, et à New York en 1826, où Garcia s’était embarqué avec sa fille, Maria Malibran. Avec une nouvelle production de ce chef-d’oeuvre populaire entre tous, le metteur en scène italien Damiano Michieletto fait ses débuts à l’Opéra de Paris.

Dimanche 24 avril 2022 à 17h
“MACBETH”

Opéra enregistré au Staatsoper Unter den Linden (Berlin)
2h41
En langue Italienne sous-titré en Français
.
Opéra : Giuseppe Verdi
Direction musicale : Daniel Barenboim
Mise en scène : Harry Kupfer

Staatskapelle Berlin / Staatsopernchor

.

Cette nouvelle production du chef-d’oeuvre de Verdi réunit deux des plus grandes stars du monde lyrique, Anna Netrebko et Placido Domingo, sous la baguette du directeur musical de la Staatsoper de Berlin, Daniel Barenboïm, où elle a été filmée en juin 2018.
Victorieux sur le champ de bataille, le commandant Macbeth reçoit une prophétie selon laquelle il sera un jour roi d’Écosse. Sous l’influence de sa femme, il ne recule littéralement devant rien pour l’accomplir. Mais, rongés par la culpabilité, les Macbeth sombrent rapidement dans la folie et deviennent victimes de leur propre soif de pouvoir.
Pour rester aussi fidèle que possible à l’esprit shakespearien tant admiré, le Macbeth de Giuseppe Verdi rompt avec les conventions de l’opéra alors en vigueur et constitue l’une des œuvres les plus noires et intensément bouleversantes du compositeur. Des scènes de chœur monumentales, représentant la rébellion et le désenchantement de la classe dominée, opprimée et persécutée, illustrent les conséquences sociales de la tyrannie et du despotisme. Elles contrastent avec des arias et des duos d’une grande expressivité, dans lesquels Verdi transcende les affres émotionnelles des protagonistes obsédés par le pouvoir. Pour exprimer les multiples facettes et émotions de ses personnages d’une manière aussi variée que possible, Verdi exige de ses acteurs des niveaux de jeu sans précédent : pour accentuer l’effet théâtral, les parties vocales, au lieu de recourir à une virtuosité brillante, sont conçues pour souligner les aspects du langage du jeu, et sont implacablement soumises à l’état psychologique spécifique des personnages. Verdi a ainsi franchi une étape décisive, se démarquant de l’idéal du bel canto pour adopter une authenticité musicale et dramatique caractéristique.

Dimanche 29 mai 2022 à 17h
“NOTRE-DAME DE PARIS”

Ballet enregistré à l’Opéra Bastille
1h28
.
Ballet : Roland Petit
Musique : Maurice Jarre
Direction musicale : Jean-François Verdier

Orchestre de l’Opéra national de Paris

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet de l’Opéra national de Paris

.

Première pièce de Roland Petit créée pour le Ballet de l’Opéra de Paris en 1965, Notre-Dame de Paris réunit tous les ingrédients du grand spectacle. Le ballet s’inspire du chef-d’œuvre de Victor Hugo, avec ses personnages hauts en couleur : la belle Esmeralda, l’attachant Quasimodo, le machiavélique Frollo et le cynique Phoebus. Yves Saint Laurent signe des costumes colorés et graphiques dans les décors du peintre René Allio qui restituent la splendeur de la cathédrale parisienne. La chorégraphie traduit toute la force expressive de ces personnages confrontés à une histoire d’amour et de mort, entourés de l’ensemble du Corps de Ballet. À l’occasion du dixième anniversaire de la disparition du chorégraphe, la Compagnie redonne vie à cette magnifique fresque dansante, sur la scène de l’Opéra Bastille.