Ciné – Opéra

Dimanche 4 mars 2018

à 17h

Réalisation : François Roussillon
1h46

BALLETS RUSSES

ENREGISTRÉ AU PALAIS GARNIER

Au début du siècle dernier, les Ballets Russes de Serge Diaghilev bousculaient les conventions et ouvraient grand la porte à la modernité, initiant la collaboration entre peintres, musiciens et chorégraphes d’avant-garde. Voici réunie l’élite artistique de l’époque en une affiche vertigineuse: Debussy, Stravinsky, Falla, Picasso, Bakst. Massine, Nijinski, Fokine… Pour autant, cet hommage réunit des œuvres de périodes différentes et révèle une diversité d’inspiration insoupçonnée, du romantisme épanoui du Spectre de la Rose et de l’érotisme fauve de l’Après-midi d’un faune à la fête tragique de Petrouchka et à l’évocation espagnole du Tricorne. Ces célèbres ouvrages, présentés dans leur insurpassable chorégraphie d’origine, témoignent de ce que fut et demeure cette audacieuse aventure artistique.

Le Spectre de la rose (1911)
Argument : Jean-Louis Vaudoyer, d’après le poème de Théophile Gauthier
Musique : Carl Maria von Weber
Chorégraphie: Mikhaïl Fokine
Décors et costumes : d’après Léon Bakst

L’Après-midi d’un faune (1912)
Musique : Claude Debussy
Chorégraphie : Vaslav Nijinski
Décors et costumes : Léon Bakst

Le Tricorne (1919)
Musique : Manuel de Falla
Livret : Gregorio Martinez, d’après la nouvelle « El sombrero de tres picos » de Pedro Antonio Alarçon
Chorégraphie : Léonide Massine
Décors et costumes : Pablo Picasso

Petrouchka (1911)
Musique : Igor Stravinsky
Livret : Igor Stravinsky et Alexandre Benois
Chorégraphie : Mikhaïl Fokine
Décors et costumes : d’après Alexandre Benois

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet

Direction musicale : Vello Pähn
Orchestre de l’Opéra national de Paris



 Dimanche 22 avril 2018

à 17h

Présenté par Alain Duault
Réalisation: Don Kent
3h06

LES NOCES DE FIGARO

ENREGISTRÉ A L’OPÉRA BASTILLE

Les Noces de Figaro est le premier des trois opéras que Mozart écrivit avec Lorenzo da Ponte. Le livret est tiré de la pièce de Pierre Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, qui, parce qu’elle mettait en scène un valet qui se révoltait contre son maître, avait été interdite par la censure pendant plusieurs années. En Autriche, la représentation de la pièce en allemand avait aussi été interdite par l’empereur Joseph II et c’est en éliminant les traits de satire politique trop saillants que Mozart et son librettiste obtinrent des autorités la permission d’en faire un opéra. De ce fait, les auteurs semblèrent déplacer le centre de gravité de la pièce (son aspect « révolutionnaire ») vers une question qui est au coeur de l’oeuvre de Mozart : l’amour et les rapports entre les individus.

Les Noces de Figaro marque une date dans l’histoire de l’opéra. Jamais jusqu’alors oeuvre lyrique n’était allée aussi loin dans la diversité et la complexité de la forme pour traduire au plus juste la psychologie des personnages et l’évolution de l’intrigue. A ce titre, le finale du deuxième acte, qui va de coup de théâtre en coup de théâtre, est un des meilleurs exemples de la perfection de cette mécanique.

Opéra bouffe en quatre actes de Wolfgang Amadeus Mozart (1786)
Livret de Lorenzo da Ponte
D’après Le Mariage de Figaro de Beaumarchais

Direction musicale: Philippe Jordan
Mise en scène et lumières: Giorgio Strehler
Réalisées par : Humbert Camerlo
Orchestre et Choeur de l’Opéra national de Paris

Ludovic Tézier, Il Conte di Almaviva
Barbara Frittoli, La Contessa di Almaviva
Ekaterina Syurina, Susanna 
Luca Pisaroni, Figaro
Karine Deshayes, Cherubino
Ann Murray, Marcellina
Robert Lloyd, Bartolo
Robin Leggate, Don Basilio
Antoine Normand, Don Curzio
Christian Tréguier, Antonio
Maria Virginia Savastano, Barbarina
Olivia Doray et Carol Garcia, Duo Donne

Production du Teatro alla Scala, Milan

 

 

Tarif : 14€ / 10€ (-16 ans, chômeurs, lycéens)